Maison de repos

L’augmentation de l’espérance de vie est en passe de devenir un enjeu sociétal majeur en ce début de vingt et unième siècle. L’accueil en institutions publiques des personnes du troisième et quatrième âge est à repenser d’un point de vue politique, social, économique mais également spatial et typologique.

Alors que l’image et la structure spatiale de l’hospice existant évoquent prioritairement la mort, les lieux d’accueils réservés aux personnes âgées se veulent de plus en plus des espaces dédiés à la prise en charge de l’ensemble des évènements physiques et émotionnels d’une tranche de vie des individus.

La maison de repos est un morceau de ville. La chambre est une maison.

Les couloirs sombres se transforment alors en rues dont les formes et dimensions ainsi que les rapports à la lumière naturelle, aux mouvements et aux temps d’arrêt, émergent de la disposition des masses construites.

Les articulations entre les volumes existants et nouveaux créent vides et interstices protecteurs et appropriables par les personnes âgées, comme les cours et jardins.

Ce dispositif permet d'agrandir la maison de repos au fur et à mesure des besoins et des disponibilités financières, comme un morceau de ville.
Lieu:
Herve
Maître d'ouvrage:
C.P.A.S. de Herve
Statut:
Réalisé
Type de marché:
Procédure négociée avec publicité européenne
Date:
2007-2015
Coût:
8.271.187,21 € htva
Ingénieur Stabilité:
Jean Dehareng Ingénieur Conseil s.p.r.l.
Ingénieurs techniques spéciales:
Bureau d'études Pierre Berger s.a.
Consultant(s):
Ghislain Marbaix - DDV / Michel Leonardi / Atelier Paysage s.p.r.l.
Entrepreneur(s):
Wust s.a.
Crédits photos/images:
Jacques Breuer (photos maquette) / Alain Janssens (photos bâtiment)