Cité Administrative de Liège

La reconversion de la Cité Administrative de Liège, témoignage significatif de l’architecture moderniste, construite en 1966 par les architectes Poskin et Bonhomme nourrit plus largement un projet urbain stratégique dans le renouveau du cœur historique.

La dalle (socle) est libérée des constructions annexes formant actuellement un îlot urbain surdimensionné infranchissable. Cette porosité démultiplie les liens urbains entre la Meuse et les Coteaux, révèle de nouvelles continuités piétonnes potentielles vers l’îlot Saint-Georges et les futurs arrêts de tram et valorise la proximité symbolique du citoyen et de sa Cité Administrative. La soustraction des annexes existantes met en valeur la tour dans l’esprit de « beffroi ». L’espace public dégagé au pied de la tour se raccroche potentiellement à un espace plus large, la dalle du parking Cité.

Le programme implique la mise en forme d’un nouveau volume qui appartient à la tour tout en préservent sa force et son autonomie. Cette extension appartient à la morphologie de la ville par son gabarit et la composition de ses façades (continuum urbain). Au nord, en relation directe avec une esplanade généreuse, une entrée unique est abritée par une loggia au premier niveau. A l’est, le péristyle accueille une rampe et un escalier améliorant l’accessibilité depuis la rue Saint-Jean-Baptiste. Au sud, la rue Barbe d’Or est partiellement reconfigurée et élargie par la façade très urbaine de l’extension.

Par contraste avec la tour, la complexité volumétrique interne de l’objet « associé » offre aux utilisateurs un paysage de proximité partiellement intériorisé. Les évidements permettent d’une part d’amener de la lumière naturelle au cœur de la masse bâtie et, d’autre part, d’offrir aux utilisateurs des espaces extérieurs bien orientés et de qualité en rapport avec les fonctions plus collectives. La tour propose une addition verticale de plateaux aménagés selon le principe des « New Ways of Working » associés à la qualité des vues sur le paysage lointain. La question (moderniste) de la transparence est réinterprétée par l’organisation intérieure qui crée des espaces de bureaux traversants de part et d’autre des circulations verticales recomposées dans un noyau central compact et unitaire. Les deux pignons aveugles sont de magnifiques opportunités pour recevoir des panneaux photovoltaïques. Le R+18, accessible de manière autonome, est une terrasse sur la ville, support d’imaginaire collectif. Une nouvelle écriture du couronnement rappelle les éléments singuliers en béton architectonique de la tour existante.

Le projet urbanistique, architectural, technique, énergétique et financier maximalise le potentiel d’utilisation du lieu tout en anticipant sur l’évolution de la ville et des modes et méthodes de travail dans les décennies à venir. Le projet révèle un potentiel d’adaptation très important, signe premier de la notion de durabilité et de conscience environnementale. Le bâtiment est conçu pour atteindre l’objectif environnemental du zéro carbone.
Lieu:
Liège
Maître d'ouvrage:
Ville de Liège
Statut:
En cours
Type de marché:
Procédure concurrentielle avec négociation
Date:
2019-...
Coût:
22.651.179,47 (travaux) € htva
Architecte(s) associé(s):
Canevas scrl Architecture et Ingénierie
Ingénieur Stabilité:
Bureau d'Etudes Greisch s.a.
Ingénieurs techniques spéciales:
CSD Ingénieurs s.a.
Consultant(s):
ATS (acoustique) / J.Fryns (éclairage)
Entrepreneur(s):
A.M. Louis de Waele s.a. - Gillion Construct s.a. (construction) / Imtech Belgium s.a. (maintenance)
Crédits photos/images:
Alain Janssens (photos maquette) / WEIß (image 3D)