Athénée royal

L’application de principes de reproductibilité, de performances énergétique et environnementale, associée à la recherche d’une rapidité de construction et, in fine, d’une économie d’échelle en ce qui concerne les coûts de production ne peuvent entièrement voiler le niveau d’exigence auquel nous devons faire face collectivement vis-à-vis d’une question posée à travers l’histoire de l’architecture du vingtième siècle : dans quelles mesures les qualités spatiales d’un lieu dédié à l’enfance et à l’enseignement influent-t-elles sur la qualité d’un éveil et d’un apprentissage ?

L’histoire de l’architecture des lieux scolaires à travers le vingtième siècle, suggère que l’école est une petite ville ou un petit village. La traduction spatiale de ce positionnement réside dans l’importance accordée à l’espace collectif, la rue, ce lieu intermédiaire où l’enfant rencontre d’autres enfants, où l’activité peut être partagée, où l’autorité s’exerce sur un autre mode. La rue tisse le lien entre les lieux dédiés aux activités spécifiques. La rue est largement et naturellement éclairée.

D’un point de vue typologique et spatiale, le modèle situé à l’extrême opposé du modèle de l’école/ville/village, est la classe/container qui, même si utilisée de façon additive, réduit au stricte minimum(un couloir) l’espace intermédiaire, l’espace public dédié aux enfants.

Mais si l’école/ville,généreuse et dispendieuse en surface, est aujourd’hui hors d’atteinte d’un point de vue strictement budgétaire, il peut également être admis que l’école/container, dans sa version première/primaire, ne peut suffire aux exigences qualitatives que nous sommes en droit d’attendre d’un lieu destiné à l’enseignement fondamental.

L’exercice proposé dans le cadre de la présente étude suggère qu’il serait possible de rencontrer les exigences environnementales et budgétaires demandées tout en préservant, dans une juste mesure, les acquis d’une architecture « ouverte » et conviviale.
Lieu:
La Louvière
Maître d'ouvrage:
Fédération Wallonie-Bruxelles
Statut:
Non réalisé
Type de marché:
Procédure négociée avec publicité européenne
Date:
2012
Coût:
2.484.657,00 € htva
Ingénieur Stabilité:
Bureau d'études Lemaire s.a.
Ingénieurs techniques spéciales:
Bureau d'études Lemaire s.a.
Consultant(s):
ATS s.p.r.l. / ArGenCo
Crédits photos/images:
Alain Janssens (photos maquettes) / Quickit (image 3D)